A+ A- A
Aucune notice dans le panier
Identification OPAC

Recherche catalogue

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue de la MDA

Aide

Recherche élargie

SélectionsBT voir1 mini

Pour aiguiser votre curiosité, nous vous proposons ici des parcours thématiques, concoctés au gré des évènements et des envies du moment, pour arpenter nos collections de DVD, CD, livres, pour tous les âges et tous les goûts.

colombie loshongosgrande

Visite commentée d’un cinéma en pleine émergence.

Hollywood, Bollywood... et Caliwood ! Le cinéma colombien a toute une histoire, assez méconnue, dont le point d’orgue est le groupe de Cali, regroupant dans les années 70 des cinéastes à la forte personnalité qui ont laissé une empreinte profonde sur la vie culturelle colombienne.

Plus récemment, année après année, le cinéma colombien se signale par une vitalité tout à fait remarquable, et de jeunes cinéastes très talentueux sont en train de s’inscrire dans le paysage du cinéma mondial – Oscar Ruiz Navia, Ciro Guerra, Juan Andrés Arango ou Nicolas Rincon Gille. Avec une ardeur sans concession, ils ont fait émerger hors des frontières le cinéma colombien, qui en terme qualitatif tutoie maintenant sans problème les cinémas mexicain et argentin.

 A rebours d’un exotisme d’exportation, ces films dépassent les images conventionnelles du pays (guerilla et narco-trafic) et intègrent les identités multiples d’une société complexe et pas du tout figée. Cette attention soutenue à ce qui fait le pays, tout comme l’absence de compromis, est commune à des cinéastes dont les regards et les choix cinématographiques sont par ailleurs très diversifiés.

Certains s’écartent volontiers des villes, comme pour renouer avec l’extraordinaire richesse humaine et culturelle de la Colombie - de Ciro Guerra, dont L’étreinte du serpent constitue une fascinante interrogation de l’identité amazonienne, à César Acevedo, qui dresse dans La terre et l’ombre un portrait accablant de sa région natale terrassée par la monoculture de la canne à sucre, en passant par Nicolas Rincon Gille et sa passionnante trilogie Campo hablado, enquête anthropologique sur les traditions orales et les cultures populaires.

Et les films plus urbains, comme La Playa, Gente de bien ou Los hongos, n’en sont pas moins éclairants sur cette diversité des imaginaires et des maux qui habitent la Colombie, en plus d'offrir de saissisants portraits de Cali et de Bogota.

Pour aller plus loin, vous pouvez aller voir les sites du festival Cinélatino, qui consacre un focus à la Colombie en 2017, et de l'association Le chien qui aboit, qui organise chaque année un festival du cinéma colombien à Paris

 

Des films de fiction

 

L’étreinte du serpent / Ciro Guerra

CO L etreinte du serpentA partir de récits d’explorateurs européens, le cinéaste Ciro Guerra tisse un fascinant portrait de l’Amazonie colombienne. C’est à la fois un film d’aventure à la Herzog, une folle odyssée parmi les fantômes de la jungle, un travail anthropologique mené avec les contemporains, un voyage spirituel halluciné, une réflexion sur le syncrétisme de cette région... La beauté formelle de l’image en noir et blanc en fait une expérience visuelle à la hauteur de la magnificence de la forêt. On ressort envoûté, complètement envoûté. Alors disons-le franchement : L’étreinte du serpent est l’un des sommets du cinéma mondial d'aujourd'hui.

Bande annonce

 

 

Gente de bien / Franco Lolli

CO gente de bienCe film tresse avec une grande finesse un récit de filiation père – fils comme on n’en voit que rarement. Conte moral et chronique de vie, Gente de bien se place du côté de l'enfance pour regarder le monde des adultes, et rappelle d’autant plus les grands films du néoréalisme italien qu’il se double, toujours avec subtilité, d’une chronique sociale acide sur la violence diffuse des rapports sociaux dans une société clivée – tous les quartiers de Bogotá n'ont pas la même allure... Un film fort, réaliste, humaniste, précis, sensible, qui laisse une impression profonde.

Bande annonce

Un dossier sur le film (Transmettre le cinéma)

 

 

Alias Maria / José Luis Rugeles

CO Alias Maria StillMaria a 13 ans, elle en paraît 20, elle est enrôlée dans la guérilla des FARC, en pleine Amazonie – la guerre consiste aussi à réduire en esclavage des adolescents. Le film, silencieux, documenté, d’un naturalisme quasi organique, fait le récit d’une épreuve supplémentaire : Maria se retrouve à errer dans la jungle avec le nourrisson d’un leader guerillero, tout en étant elle-même enceinte. On n’oublie pas de sitôt cette héroïne qui donne un visage à une génération impitoyablement sacrifiée.

Bande annonce

 

 

 

La playa / Juan Andrès Arango Garcia

CO laplaya2A travers le cheminement initiatique de Tomás, jeune afro-colombien originaire de la côte Pacifique et réfugié à Bogotá, La Playa parle de l’exil, du déracinement et de la complexité de s’adapter à de nouveaux codes et de se crer de nouveaux repères. Sur un mode proche du documentaire, ce film d’asphalte et de hip-hop est aussi une plongée fascinante dans le tumulte urbain, et fait une belle place à l’héritage culturel afro-colombien.

Bande annonce

Un dossier sur le film (Transmettre le cinéma)

 

 

 

La terre et l’ombre / César Augusto Acevedo

colombie laterreetlombregrandeAprès des années d’absence, un vieux paysan revient dans son village au chevet de son fils malade, et découvre un paysage devenu apocalyptique à cause de la monoculture de la canne à sucre. Un premier film sans complaisance ni concession, mais à l’esthétique travaillée, qui évoque des vies brisées avec une rare puissance tragique. Originaire de la région où a été tourné le film, César Acevedo, jeune réalisateur de 31 ans, a reçu la caméra d’or en 2016 à Cannes et fait partie des talents émergents d’un cinéma colombien décidément fertile.

Bande annonce

 

 

Los hongos / Oscar Ruiz Navia

Colombie loshongosVoilà un film qui se conjugue à l'instant présent et impressionne par sa capacité d’imprégnation. Ras et son pote Calvin dessinent des graffs, rencontrent d’autres passionnés plus expérimentés, et aussi la police... Oscar Ruiz Navia traîne vraiment avec ses héros, et filme magnifiquement sa ville natale, Cali, en pleine campagne électorable, pendant que résonne la révolte de la jeunesse égyptienne. Beaucoup de charme dans ce périple cinématographique plein de suspension, de fenêtres oniriques, de tendresse et de personnages attachants.

Bande annonce

 

 

Les couleurs de la montagne / Carlos César Arbelaez

CO Les Couleurs de la montagne.107649Jouer au foot, aller à l'école... Les enfants de La Pradera, village de la Cordillère, ont les mêmes occupations que d'autres. Mais pas si simple, quand la guerre est là, dans la montagne, que l'institutrice vit sous la menace et que le terrain de foot est miné. Un très beau film à hauteur d'enfants qui affirme le droit à l'innocence dans une société qui ne lui laisse guère de place...

Bande annonce

 

 

 

 

Manos sucias / Josef Wladyka

Colombie manossucias«Tournant ostensiblement le dos aux poncifs du narco-thriller, ce premier film d'un jeune réalisateur, adoubé par Spike Lee, raconte l'odyssée de deux frères pêcheurs colombiens, chargés de convoyer une torpille bourrée de cocaïne derrière leur frêle bateau à moteur. Les maladresses du scénario sont effacées par la volonté de coller à la dure réalité du trafic de drogue chez les prolos et par la belle énergie de la mise en scène.» (Télérama)

Bande annonce

 

 

 

 

Des films documentaires

 

La trilogie Campo hablado / Nicolas Rincon Gille

colombie elcampohabladoDes traditions orales surprenantes et vivaces, une culture populaire fortement métissée, et marginalisée aussi : la démarche de Nicolas Rincon Gille ressemble à une enquête de terrain et rappelle l’anthropologie. Du coup, son projet aboutit à une trilogie : En lo escondido avec l’impressionnant témoignage de Carmen faisant le récit de sa malédiction, Los abrazos del rio, une descente du fleuve Magdalena avec les dires hallucinants de ses riverains, et Noche herida, portrait d’une paysanne déplacée dans un bidonville de Bogota suite à des menaces. Une œuvre forte qui fait date.

Un entretien avec Nicolas Rincon Gille

Le site de la trilogie

 

 

 

 

Bagatela / Jorge Caballero

CO BagatelaPar son regard sans jugement sur le quotidien de la justice colombienne, cet excellent film s’approche des vies qui se cachent derrière les délits mineurs, si nombreux et si sévèrement punis. Les ressorts de ces menus forfaits tiennent plutôt à la survie dans la dure réalité sociale de Bogotá, que nous entrevoyons autrement plus complexe que le binôme guérilla / trafic de drogue.

Bande annonce

Un entretien avec le co-scénariste du film

 

 

Ça tourne à Villapaz / Maria Isabel Ospina

CO ca tourne a villapaz 2 hdVillapaz est un village perdu de la Vallée du Cauca. Là, un jeune gars, Victor Gonzalez, maçon de son état, se passionne pour le cinéma. Avec les maigres moyens du bord, son téléphone portable et un solide cocktail de débrouille, d'entêtement et d’inventivité, il transforme le village en un décor de cinéma et les habitants en acteurs de ses incroyables mélodrames, films d’horreur et documentaires.

Bande annonce

 

 

 

 

 

Impunité / Juan José Lozano

CO impuUne immersion au cœur des derniers mois d’un procès historique, initié en 2006, où, pour la première fois depuis le début de la guerre civile, victimes, bourreaux, avocats, politiciens et fonctionnaires judiciaires se font face dans une cour de justice. La société colombienne découvre au fil des auditions des récits atroces qui avaient été jusqu’alors soigneusement cachés – on parle de 50.000 disparus –et que derrière se cache un projet de contrôle de la société colombienne, avec des ramifications jusqu’au plus haut sommet de l’Etat.

Bande annonce

 

 

Toto la momposina, une voix pour la Colombie / Catalina Vilar

colombie toto monposina2Chanteuse charismatique et emblématique, Toto La Momposina a entrepris une tâche gigantesque de recherche et de réhabilitation des nombreuses musiques traditionnelles de Colombie, et ses concerts ont conquis les amateurs de musiques du monde. Si elle n’avait pas sillonné les villages avec un magnétophone, certains rythmes seraient peut-être tombés dans l’oubli. Portrait coloré et émouvant d’une grande dame.

 

 

 

 

 

Et aussi...

 

De la musique, bien sûr ! La cumbia, traditionnelle ou moderne, le vallenato et ses variantes - paseo, merengue, puya, son - la champeta et les innombrables rythmes afrocolombiens, le carrango et les musiques des régions andines, la salsa à la mode colombienne, la nouvelle scène alternative... il y a l'embarras du choix !

CO canibalismoCO cartagenaCO contrerasCO ondatropicaCO andinaCO yuriCO vallenatoCO putumayo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour finir, rappelons que la littérature colombienne ne se limite pas à Gabriel Garcia Marquez (à qui Yves Billon a consacré un film, et dont le mexicain Arturo Ripstein a adapté Pas de lettre pour le colonel) et ne manque pas, elle non plus, de vitalité, comme on le verra dans le film Les belles étrangères : ¿ que tal Colombia ?

Voici quelques belles pistes de lecture :

CO carnavalCO troiscerceuilsCO perdreCO les reputationsCO un mal sans remedeM120861CO Lum

 

 

 

 

 

 

 


cg12 Médiathèque départementale
Conseil départemental de l'Aveyron
BP724
12007 Rodez Cedex
Tél : 05 65 73 72 50

Contactez-nous