A+ A- A
Aucune notice dans le panier
Identification OPAC

Recherche catalogue

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue de la MDA

Aide

Recherche élargie

SélectionsBT voir1 mini

Pour aiguiser votre curiosité, nous vous proposons ici des parcours thématiques, concoctés au gré des évènements et des envies du moment, pour arpenter nos collections de DVD, CD, livres, pour tous les âges et tous les goûts.

wiseman2A l’occasion de la sortie d’Ex-libris, tourné à la New York Public Library, retour sur l’œuvre magistrale de Frederick Wiseman.

Lire la suite : Frederick Wiseman

chepitkoUn village sibérien voué à être recouvert par les eaux d’un barrage hydroélectrique.

Ode à la nature, à la terre, aux éléments, Les adieux à Matiora est un classique de ce cinéma russe qui ne craint pas le lyrisme – et, pour l’époque (1983), pas la censure non plus, car il dénonce la froideur du « progrès » et la vanité de l’homme à vouloir dominer la nature. Pour autant, pas de bons ni de méchants, mais un vrai humanisme relié à une mystique de la nature.

La force tragique du film est décuplée par son histoire : la réalisatrice Larissa Chepitko est morte d’un accident lors du tournage, et c’est son mari Elem Klimov, lui aussi cinéaste, qui achèvera le film comme une ode à son amoureuse.
Une œuvre impressionnante et visionnaire, enfin éditée en DVD.

ferme des animaux dvdAdaptation en dessin animé d’un classique de George Orwell.

Les animaux de la ferme, ayant chassé leur maître, infâme exploiteur, tentent d’établir les bases d’une nouvelle société, basée sur l’égalité de tous. Mais, cette notion n’a pas le même sens pour tous.

«Tous les animaux sont égaux... mais certains sont plus égaux que d’autres.»

Corruption, duplicité, intimidations ; la bataille pour le pouvoir n’aura plus de limites. Une critique politico-sociale toujours aussi intemporelle, plus d’un demi-siècle après sa création.

quand javais 6 ansPour raconter la leucémie de sa fille de 6 ans, Bruno Romy, cinéaste connu pour ses fictions burlesques et décalées, joue les funambules, entre légèreté et gravité, et signe un film ovni qui en dit long sur la maladie et la mise à l’épreuve des parents. Patchwork de chorégraphies, d’animation et de sketchs, il bouscule, sur le fond et la forme, les préjugés et fait rire sans rien minimiser. Un incroyable humour, décalé mais jamais déplacé.

Lire la suite : Quand j’avais 6 ans, j’ai tué un dragon / Bruno Romy

ardennesPas une seconde de répit dans ce film nerveux, percutant et très noir. Acteurs impeccables, justesse psychologique des personnages, scénario très bien construit et laissant place à l’interprétation du spectateur, couleurs et bande son en phase avec la noirceur implacable du récit (une sordide vengeance familiale), une hyper-violence efficacement suggérée plutôt que crûment dévoilée, des rebondissements et des ellipses pour entretenir le suspense : tout est en place pour une terrifiante soirée. Et pour une petite randonnée en forêt des Ardennes, vous repasserez.

coupdecoeur ogresLa réalisatrice a grandi au milieu de L’Agit, compagnie toulousaine de théâtre itinérant.

Entre démesure de personnages dévoreurs et intimité familiale, elle conte les aventures théâtrales de cette tribu foutraque et amoureuse de la vie. On en ressort renversé. Que le spectacle continue !

Pour en savoir plus sur L’Agit.

 

bella e perdutaObjet cinématographique inclassable, ce film est un conte contemporain mêlant rêve et réalité, documentaire et fable animalière, qui reprend le mythe de Polinichelle dans le contexte de l’Italie actuelle, bella e perduta, sublime et rongée par l’ordure, métaphorisée par un vieux palais splendide, mais abandonné par l’Etat et servant de dépotoir à la Camorra.

Voracité, mépris de l’histoire, mépris de la nature. Seul, un berger tente de sauver les lieux de la ruine et de la dépravation... La magie de ce conte cruel tient aussi à ses cadres larges, ses lumières picturales, son montage hors norme. Peu commun !

dheepanDe l'équipe de Luc-la-Primaube :
3 réfugiés du Sri Lanka fuyant la guerre se retrouvent logés en banlieue parisienne dans une cité HLM.

Comment s’adapter à ce nouvel environnement ?...

two gatesCe film américain résolument indépendant est une ballade sauvage, panthéiste et contemplative dans le vieux Sud – celui de Faulkner. Les choix de mise en scène sont radicaux et donnent un relief singulier aux évènements les plus anodins.

Peu d’enjeu narratif, mais une tension permanente, l’inscription des corps des deux personnages dans le paysage, et, chez le spectateur, un sentiment d’attente indéfinie. Une belle expérience de cinéma, qui rappelle Terrence Malick, Lisandro Alonso ou Apichatpong Weerasethakul.

affiche ecrans avant 3 ans recadree

Avant 4 ans, la capacité d'attention des enfants n'excède pas 10 à 15 minutes. Les programmes de courts-métrages d'une dizaine de minutes sont donc particulièrement adaptés aux tout-petits.

Lire la suite : Les films des tout-petits

MSH abounaAncrés dans les réalités du Tchad, les films de Mahamat-Saleh Haroun ont l'art de donner à des personnages simples une dimension universelle.

Lire la suite : Mahamat-Saleh Haroun

welcomeDe l'équipe de Luc-la-Primaube :

En France, près de Calais, un maitre-nageur de la piscine municipale se lie avec un jeune kurde qui veut traverser la Manche à la nage pour retrouver sa petite amie, deux personnes qui n’ont pas grand-chose en commun... et pourtant...

Le complexe de la salamandre 2

 Douze portraits d'artistes contemporains en plein travail et autant de réflexions passionnantes sur la création. 

Lire la suite : Dans l'alchimie de la création

betes sud sauvageHypnotique et engagé, un film OVNI qui bouleverse les sens et secoue la raison.

Dans la Louisiane profonde, une communauté abandonnée et marginalisée va devoir affronter tour à tour les éléments naturels déchaînés et la loi fédérale liberticide.

A travers le regard enchanté d’une fillette nommée Hushpuppy, ce qui commence comme un récit de genèse enchanté tourne à la chronique amère de la fin d’un monde.Réalisme, fantastique et apocalypse fusionnent dans un grand chaudron lyrique d’où on ressort ébahi.

ONF VayshaLe cinéma d'animation canadien est reconnu depuis plusieurs décennies pour va vitalité et sa qualité.

Lire la suite : L’animation canadienne

hopeDe l'équipe de Luc-la-Primaube :

Un homme et une femme, solidaires par nécessité, traversent l’Afrique jusqu’aux portes de l’Europe.

En proie à tous les trafiquants, passeurs et mafieux qui font leur beurre sur le dos des migrants, ces 2 personnes vont peu à peu s’aider et se soutenir dans ce parcours d’obstacles, pour finalement former un couple...

OPAC Détail de noticeA partir de récits d’explorateurs européens, le cinéaste Ciro Guerra tisse un fascinant portrait de l’Amazonie colombienne. C’est à la fois un film d’aventure à la Herzog, une folle odyssée parmi les fantômes de la jungle, un travail anthropologique mené avec les contemporains, un voyage spirituel halluciné, une réflexion sur le syncrétisme de cette région... La beauté formelle de l’image en N&B en fait une expérience visuelle à la hauteur de la magnificence de la forêt. Un film hors normes dont on ressort envoûté.

Lire la suite : L’étreinte du serpent / Ciro Guerra

OPAC Détail de noticeA hauteur d’enfant et à destination d’un public familial, un film aux allures de fable universelle, où la splendeur des paysages le dispute à la sensibilité et la maîtrise de la réalisation. Cette chronique de la vie d’un jeune berger éthiopien mélange suspense, émotion et voyage initiatique. Le dépaysement est un peu complaisant peut-être mais le film ne manque pas de finesse pour aborder le déracinement, le dérèglement climatique, la pauvreté ou les rapports hommes-femmes.
OPAC Détail de noticeMariages forcés, fonctionnaires véreux, magouilles familiales, patriarcat, braquages de voiture... Certes, il y a l’odeur des chapatis, mais ne cherchez pas l’exotisme coloré ou les chansons de Bollywood, nous voilà dans une chronique sociale de la société indienne aujourd’hui, vue sous les jours sombres d’une banlieue populaire de Delhi. Efficace et réaliste, ce film intense est un bel exemple de cet « autre » cinéma indien qui ne rechigne pas à fustiger les âpres réalités du sous-continent.
OPAC Détail de noticePour son premier long-métrage, l’acteur Louis Garrel s’attaque au triangle amoureux, et trouve sa voie avec un ton à la fois léger et grave. Belle photographie et excellent trio d’acteurs, Golshiteh Farahani et sa grâce fiévreuse, Vincent Macaigne l’éternel copain balourd et la nonchalance narquoise de Louis Garrel. Un beau film, aussi, sur l'amitié, sensible, volubile, attachant, et drôle dans tous les sens du terme.
jia still life couverture

 Retour sur les films d'un des réalisateurs phares du cinéma chinois contemporain, subtil observateur de son temps.

Lire la suite : Jia Zhang-ke

OPAC Détail de noticeUne chronique douce-amère et un peu nostalgique des hauts et des bas de la vie dans un village russe, où la décrépitude n'empêche pas le maintien des liens sociaux. Pas très loin du cinéma documentaire, Les nuits blanches du facteur sait magnifiquement capter les beautés intimes de la nature et des personnages, et néanmoins faire affleurer une pointe de fantastique et d'onirisme, ce qui en fait un film d'une simplicité et d'une beauté assez miraculeuses.
OPAC Détail de noticeUn suspense endiablé, un scénario aussi hallucinant que parfaitement maîtrisé, une mise en scène d'une folle inventivité : avec ce film baroque, kitsch et sensuel, sorti en 1984, Brian De Palma signe un thriller aussi brillant que déroutant. Hommage ouvert à Hitchcock, ce film reste l'un des plus adulés de ce réalisateur bien à part dans la galaxie Hollywood.
OPAC Détail de noticeBeaucoup de pudeur et de retenue dans ce film méticuleux qui d'un sordide fait divers (l'irruption d'un tueur à l'école polytechnique de Montréal, en 1989) tire un hommage plein de grâce aux victimes. La dramaturgie, toute en subtilité, est encore renforcée par un noir & blanc onctueux et une photographie magnifique. On pense à Elephant de Gus Van Sant, et la comparaison n'est pas défavorable à ce premier film d'un cinéaste québécois qui, depuis, a réalisé trois autres films des plus recommandables.
OPAC Détail de noticeQuelque part en Sibérie, il est un lieu où les rapports humains atteignent une authenticité bien rare ailleurs, et c'est un institut psychopédagogique. Ceux qu'on y a enfermés - déclarés ou présumés « fous » - donnent des spectacles de chants à d'autres enfermés – dans les prisons ou les écoles... Miracle d'humanité et de proximité, ce film fait de bouts de chandelles capte merveilleusement ces énergies qui rendent la vie si précieuse.
OPAC Détail de noticeDans les beaux quartiers de Rio de Janeiro, le récit d'initiation d'un adolescent aux prises avec une famille dont les contradictions recoupent celles d'une société brésilienne rongées par les inégalités et le racisme. Sans grand jugement ni tapage, ce film habile relève le pari de se laisser flotter au gré des hésitations des personnages. Et c'est un beau portrait d'un passage à l'âge adulte.
OPAC Détail de noticeNe cherchez pas la soi-disante vraisemblance, vous êtes dans un film d'un cinéaste qui ne ressemble à aucun autre et qui a d'ailleurs d'autres chats à fouetter : Rabah Ameur-Zaïmeche. Sa relecture audacieuse d'un mythe biblique – un Jésus parfaitement francophone traînant ses guêtres dans le Sud algérien en compagnie d'un Judas incarné par le réalisateur  – en garde un récit d'amour et de révolution aux résonnances contemporaines,

Lire la suite : Histoire de Judas / Rabah Ameur-Zaïmeche

OPAC Détail de noticeChaque hiver, le père Frimas, un drôle de magicien ermite, veille à ce que la neige recouvre bien la forêt. Mais cette année, le très grognon esprit de la forêt ne l'entend pas de cette oreille... Petite merveille en papier découpé, ce joli récit plein de malice et de poésie s'inspire des légendes d'un pays où l'on sait bien ce que sont la neige, les magiciens ermites, les esprits de la forêt et les légendes : la Russie.
OPAC Détail de noticeDressant l'amer constat de la fin des utopies qui ont marqué sa vie, la cinéaste Carmen Castillo ne se résigne pas et part sur les routes du vaste monde à la rencontre de ceux qui n'acceptent plus le monde tel qu'on leur impose – et il n'en manque pas. Sous une forme habitée et personnelle, et en hommage à son ami décédé, le philosophe Daniel Bensaïd, elle signe un film qui, loin de donner les leçons, redonne sens aux notions d'engagement et de solidarité – et ça fait du bien.
OPAC Détail de noticeAvec une grande tendresse, et une caméra qui fait corps avec ce qu'elle regarde, Jérémie Reichanbach nous fait partager le quotidien d'une famille ouvrière en Argentine. Tout y est partage, lien et transmission : de la réparation de la moto à la préparation d'un généreux asado, en passant par le travail à l'abattoir – autogéré par les ouvriers. Par petites touches, le film dresse un portrait ample, intimiste et jamais intrusif.
OPAC Détail de noticePortrait croisé de deux artistes, Fred Deux et Cécile Reims, peintres et graveurs, filmés dans l'intimité de leur travail, mais aussi dans leur vieillesse, et leurs souvenirs d'une vie traversée par les plus grands noms de l'art et de la littérature et par la folie d'un siècle. Leurs interrogations, bien différentes pour l'un et l'autre, ouvre une magnifique réflexion sur la création.

lesmessagers

 Non pas une, mais des visions de cinéastes, et non pas une, mais des situations. Chacun à leur manière, mais toujours sensibles et politiques, ces films questionnent le monde actuel.

Lire la suite : Routes, exils, migrants

OPAC Détail de noticeLéo, c'est Leo Lionni, l'illustrateur d'albums, et ces cinq contes sont le fruit de sa collaboration avec Giulio Gianini (La pie voleuse). Les personnages sont des poissons, des crocodiles ou des grenouilles, tous très curieux de découvrir le vaste monde, quels que soient les dangers, et découvrant par la même occasion leur propre singularité. Dessins naïfs et charmants, techniques simples : un beau travail d'artisanat, amoureusement destiné aux plus petits.

il etait une fois en anatolie 392271 23002Avec sept films depuis 1999, aussi passionnants que différents les uns des autres, ce cinéaste turc s'est imposé comme une des figures majeures du cinéma contemporain.

Lire la suite : Nuri Bilge Ceylan

OPAC Détail de notice

Ce film colombien tresse avec une belle fraîcheur un récit de filiation père – fils comme on n'en voit que rarement. Un conte moral et humaniste, aux thèmes universels, qui rappelle d'autant plus les grands films du néoréalisme italien qu'il donne à voir, avec subtilité peu commune, la violence diffuse des rapports sociaux, magnifiquement gravée dans le visage des personnages. Décidément, le cinéma colombien a beaucoup à offrir ces derniers temps.

Lire la suite : Gente de bien / Franco Lolli

OPAC Détail de noticeJunior a 9 ans, les cheveux frisés et, au grand dam de sa mère, une idée fixe : les avoir bien lisses. Si le film décrit la relation tendue entre un ­enfant qui se cherche et sa mère, angoissée pour son avenir en entretenant savamment les zones d'ombre – où est le père ? pourquoi la mère a-t-elle perdu son emploi ? –, il est aussi une chronique sociale du quotidien difficile dans une banlieue populaire de Caracas, à la fin de l'ère Hugo Chavez.

Mother140 films par an en moyenne, un public fidèle, une moisson de prix dans les festivals internationaux : le cinéma sud-coréen connaît un essor spectaculaire.

Lire la suite : Cinéma coréen

OPAC Détail de noticeLes dilemmes amoureux et existentiels d'une délicate citadine venue vivre chez son cousin, dans un Far West balayé par les vents, les troupeaux, les duels et les règlements de compte. Réalisé en 1928, au crépuscule du cinéma muet, Le vent est un film à l'atmosphère particulière, dans lequel les visages prennent une puissance expressive rare. Ce chef d'œuvre est signé Victor Sjöström, immense cinéaste d'origine suédoise, trop oublié hélas, et auquel Ingmar Bergman rendra hommage

Lire la suite : Le vent / Victor Sjöström

OPAC Détail de notice

Dans ce film romanesque, lyrique, sensuel, inattendu, onirique et un rien gonflé, on prend le large à bord d'un cargo déglingué, traçant sa route sur un océan de passions brûlantes.  L'ombre de Conrad veille sur le personnage principal, et c'est une femme en salopette bleue, en quête d'absolu, magnifiquement interprétée par Ariane Labed. Ou comment un grand film maritime peut aussi être un grand film féministe...

lumieres de la ville 30 06 g

De l'italien burla (plaisanterie). Des années 20 à aujourd'hui, une traversée du cinéma sous l'angle burlesque.

Lire la suite : Le burlesque

OPAC Détail de noticeDans les montagnes de Géorgie, autour du village en ruine de Mutso, dernier poste avant la frontière tchétchène, se dessine un arrière-pays façonné de rêves, de mythes et de mots. Avec un regard d'anthropologue et des images d'une grande beauté, Corinne Sullivan propose un voyage certes géographique (paysages hallucinants garantis !) mais aussi intime, à travers l'imaginaire, l'identité collective et la transmission.
OPAC Détail de noticeLe parcours initiatique de Many, 17 ans, tombé du Penjab à la banlieue parisienne pour subvenir aux besoins de sa famille, et confronté à mille difficultés pour trouver sa place dans une France métissée et néanmoins peu amène. Avec ce beau portrait d'un adolescent forcé à endosser de multiples rôles pour espérer se réaliser, Cyprien Vial signe un premier film aussi sobre que percutant, sans manichéisme, loin des clichés et des poncifs.
OPAC Détail de noticeUn climat de western anatolien pour ce film allégorique qui met une famille paysanne aux prises avec d'invisibles nomades. Le fantasme et les dérives qu'il engendre sont au centre du propos. La peur de l'autre devient de plus en plus absurde et rocambolesque, une atmosphère de huit-clos se referme sur un paysage grandiose tandis que les ambigüités, frustrations et rancœurs de chacun des personnages se précisent... Un premier film atemporel, atypique et très réussi d'un jeune réalisateur turc.
OPAC Détail de noticeUne série d'intermèdes tendres et fragiles, un tantinet excentriques et décalés, et un rien acidulés. Les trois personnages PlüQ, Rose et Yoko toucheront les petits par la candeur de leurs drôles d'aventures, et étonneront  les grands par leur poésie désarmante. Les clins d'œil au Japon sont nombreux, notamment de par le graphisme aussi contemporain que raffiné. Tout cela se savoure comme des sushis à la sauce magique.

Le garcon et le monde le film d animation bresilien qui a tout rafle

Un florilège de films qui sensibilisent les enfants à la nature et aux enjeux de la protection de l'environnement.

 

 

Lire la suite : Des films enfants plutôt écolos

OPAC Détail de noticeCourses de voiture la nuit, barbecues arrosés, argot gitano-ch'ti, bagarres à mains nues et rassemblements évangéliques sur les terrains vagues, le cinéaste Jean-Charles Hue filme, pied au plancher, parmi et avec les siens, les gens du voyage. Avec une mise en scène qui décoiffe et un vrai amour pour ses personnages, Chante tes morts fait le récit d'une folle nuit de chourave. Loin des normes, entre western ethnographique, polar crépusculaire et road-movie déjanté, un vrai éblouissement.
200 280 madame lee affiche 34Portrait sensible d'une femme étonnante, Madame Lee, venue de Corée avec un bagage de sociologue et métamorphosée en cuisinière un peu magicienne. Son drôle de petit restaurant, dans un quartier populaire de Montreuil, se tient à l'écart des grands axes, des effets de mode et des pensées dominantes : pour elle, la cuisine, c'est, d'abord, donner ce qu'on a de plus précieux. Et le film de dessiner un fascinant voyage où le fabuleux s'immisce dans la grisaille.
OPAC Détail de noticeVisuellement très beau, ce film ample et contemplatif aux allures de poème philosophique – l'amour, la mort – capte comme aucun autre la beauté d'une nature exaltée – ici, celle d'une île au Sud du Japon. Le chamanisme n'est pas loin, la découverte de l'amour par deux adolescents devient un récit initiatique, et la mort d'une femme un voyage splendide. Une grande douceur pour tracer les existences des personnages, et un hommage émouvant à la vie sous toutes ses formes !
OPAC Détail de notice« Petits films et grands sentiments » :  Nounourse, Lapinou, Cochonou, Chat et Oiseau font leur premiers pas dans la vie et ce n'est pas toujours simple. Disputes familiales, jalousie, adoption, difficultés à dormir ailleurs chez les copains, premiers séjours à l'hôpital... Ces courtes histoires aux dessins sobres, tirées des albums de Stina Wirsen, sont autant de mini-aventures mignonnes et drôles mises en voix par Hippolyte Girardot.
OPAC Détail de noticeEn filmant la migration, sur 48 jours, d'un peuple nomade d'Iran, les Bakhtiaris, les futurs réalisateurs de King Kong signent un film épique d'une grande intensité. Nous sommes en 1925 et les conditions sont des plus rudes. Hommes vaillants, femmes, enfants, vieillards, bétail... tous se mettent en route pour une aventure que les spectateurs d'aujourd'hui n'oublieront pas. La traversée à la nage du puissant fleuve Karoun ou l'ascension, pieds nus dans la neige, du terrible Zardeh Kuh sont à couper le souffle !
OPAC Détail de noticeUn drôle de tour du monde en huit antipodes – les deux gardiens d'un pont dans le silence de la pampa argentine répondent à l'agitation de Shangaï, par exemple – et une expérience sensorielle étonnante et décalée pour ce film à gros budget qui offre pas seulement de belles images mais aussi des perspectives à proprement parler renversantes...
OPAC Détail de noticeFable cocasse, drame pessimiste, épopée lyrique, comédie corrosive, film noir plein d'ironie... Echappant aux genres, Leviathan est un film magistral, très maîtrisé, racontant la tragédie d'un homme qui se lance seul dans une guerre contre la corruption, dans une petite ville isolée du Nord de la Russie – combat perdu d'avance. Le film ne se réduit pas à une charge féroce contre les dérives de la Russie contemporaine mais s'impose, par la richesse et la profondeur de ses thèmes de réflexion, comme une œuvre universelle, dans la lignée des films précédents de ce cinéaste majeur.
OPAC Détail de noticeEn filmant de près ces lycéens congolais exclus faute de pouvoir payer la « prime des professeurs » et qui se débrouillent envers et contre tout pour préparer un examen, Dieudo Hamadi fait montre à la fois d'empathie et de distance critique. Son constat est cinglant : l'Etat n'est pas en mesure d'assurer les conditions minimales de la scolarité, un travail consciencieux ne porte pas de fruits, la débrouillardise est de règle, passant par les moyens les plus hasardeux, et au final les tricheurs sont les vainqueurs. Captivant portrait de groupe, Examen d'Etat a fait sensation dans les festivals de cinéma documentaire.
OPAC Détail de noticeDeux enfants à qui on reproche d'être trop bavards entament une grève de la parole, ce qui ne manque pas de semer la zizanie dans le voisinage...

Caractéristique du style inimitable d'Ozu (art de l'épure, sujets simples, situations cocasses) ce film met en scène, l'air de rien et avec d'autant plus de perspicacité, les conflits parents-enfants, et égratigne allègrement son époque (celle de l'américanisation du Japon après-guerre). Un film réaliste ou magique selon les sensibilités, indémodable et universel en tous les cas.

OPAC Détail de noticeSur le mode de la fable, ce film onirique et bariolé donne vigueur à un message humaniste qui pourrait paraître candide, mais qui ici devient bouleversant. Le miracle vient peut-être de sa capacité à intégrer, comme pas tant de films l'ont fait, un regard, une sensibilité enfantine, qui se retrouve jusque dans le graphisme - qui ne manque pas d'audace, tout en alternances, passant de l'écran blanc à une explosion de couleurs. Presque pas de dialogues, une musique formidable, et un émerveillement à chaque dessin : un vrai enchantement pour tous les âges.

OPAC Détail de noticeAmbiance : dans un quartier résidentiel pour la nouvelle classe moyenne, à Recife, la vie est calme, les désagréments rares, les relations sociales bien établies, et chacun se connaît. Pourtant, sans raison manifeste, le climat est à la peur... Les bruits de Recife, à travers les micro-histoires des habitants, et grâce notamment à une bande-son extraordinairement réussie et à un regard architectural sur le quartier, installe un subtil climat d'angoisse. Bien loin des clichés sur le Brésil, il est aussi un portrait pluriel et fascinant d'une société où l'archaïque se cache derrière le moderne, au risque de l'explosion. Un film d'une rare intelligence.

OPAC Détail de noticeVoilà trois ans qu'elle veut divorcer, et que son mari le lui refuse. Or, en Israël, on se sépare devant un tribunal rabbinique, et uniquement avec le consentement du seul mari. Mensonges, engueulades, mauvaise foi, le mari s'obstine, la femme est priée de se taire, les témoignages se succèdent, contradictoires et parfois désopilants, et l'autopsie du couple tourne à une bataille tragi-comique. En nous enfermant dans le huis clos d'un tribunal rétrograde, Ronit et Shlomi Elkabetz montrent les murs d'une société machiste et signent un film passionnant qui pose des questions essentielles sur la condition féminine, et la condition humaine tout court.

 

OPAC Détail de noticeUn premier film plein d'énergie, de vigueur, d'humour, d'intensité, de dérision, d'audace, d'aisance, de finesse, de liberté, de sensualité... Oui, ça fait beaucoup de choses, mais avec son scénario casse-gueule où se télescopent allègrement une amourette entre deux grands ados que tout oppose, un portait de la France en crise, une réflexion sur la survie en cas de fin du monde,  un jeu permanent sur les genres du cinéma, et j'en passe, Les combattants est vraiment tout ça à la fois, en plus d'être inattendu.

Golshifteh Farahani 7 1024x640

Entre ruptures et continuités, censure et rage créatrice, le cinéma iranien a connu bien des secousses et n'en est pas moins devenu une référence cruciale dans le paysage mondial.

Lire la suite : Cinéma iranien

OPAC Détail de noticeUn rocker déprimé s'en revient vivre chez son fantasque père, à Tonnerre, petite ville de Bourgogne. Et surgit l'amour qu'il n'attendait plus.

L'air de rien, ce « petit » film raconte avec beaucoup de sincérité une relation amoureuse qui tourne mal en parallèle avec une relation père-fils, et réussit à surprendre quelque chose de fragile avec ses personnages fêlés, son ambiance hivernale, son sens du détail.

OPAC Détail de noticeLes drames d'une famille pauvre et rurale dans le Bengale des années 20, vue à travers le regard d'un enfant de 7 ans.

Simple et émouvant, plein de sensualité, ce film aux images splendides et poignantes, soutenues par la musique de Ravi Shankar, est un classique du cinéma mondial. Tourné avec peu de moyens entre 1952 et 1955, loin de l'univers des grandes productions musicales indiennes, c'est le premier film de la Trilogie d'Apu, et aussi le premier d'un grand réalisateur, Satyajit Ray.

OPAC Détail de noticeUn très bon film qui réussit à mêler les contraires : romance et violence pulsionnelle, mise en scène plutôt contemplative avec de longs ralentis et scènes de course poursuite d'anthologie, le tout baigné dans une remarquable bande-son électro et servi par un Ryan Gosling dans le rôle d'un chauffeur silencieux.

Avec ce polar urbain à l'ambiance crépusculaire, fait de retenue et d'adrénaline, Nicolas Winding Refn a obtenu le prix de la mise en scène au festival de Cannes en 2011.

OPAC Détail de noticeAprès avoir réalisé plusieurs films ouvertement critiques envers le régime, le cinéaste iranien Jafar Panahi se voit interdire d'exercer son métier. Comment faire un film, reclus dans son appartement téhéranais, sans moyens, sans équipe ?

Pourtant ce film est là, fait de bric et de broc et absolument passionnant, où Jafar Panahi livre à la caméra d'un ami sa rage, et ce faisant la tourne vite en une énergie créatrice débordante.

Lire la suite : Ceci n'est pas un film / Jafar Panahi

criquet2

Une longue tradition de films pour enfants, couronnée au fil des années d'un nombre impressionnant de récompenses dans les festivals les plus prestigieux.

Lire la suite : Petites perles tchèques

OPAC Détail de noticeUn taxidermiste vit reclus dans son appartement de Buenos Aires et souffre d'épilepsie. Mais sous ses airs moroses, et grâce à une mémoire visuelle peu commune, il imagine inlassablement les plans du braquage parfait.

Tout cela reste de l'ordre du fantasme, jusqu'au jour où, lors d'une partie de chasse au cerf en Patagonie, il abat par erreur un braconnier dont il découvre, en fouillant ses affaires, qu'il préparait un braquage bien réel. Tout est minutieusement préparé, et notre homme décide de ne pas laisser passer pareille occasion.

Lire la suite : El aura / Fabian Bielinsky

OPAC Détail de noticeMia est une ado rageuse et frondeuse, exclue de l'école. Elle vit dans une cité délabrée, et elle s'entend mal avec sa sœur et encore plus mal avec sa mère à la dérive. Dans cet environnement hostile, seule la danse hip hop donne des éclairs à ses yeux. Et quand débarque à la maison Connor, le nouvel amant de sa mère, et qu'ils partagent cette passion, Mia se prend à croire que peut-être sa vie a une issue. Peut-être, peut-être pas...

Lire la suite : Fish Tank / Andrea Arnold

OPAC Détail de noticeBruno, un fanfaron volubile qui vit dans le présent et de préférence au volant de sa voiture décapotable, entraîne Roberto, étudiant timoré et introverti, dans une longue virée où s'enchaînent les aventures les plus cocasses.

Rythme rapide, répliques bien trouvées, personnages pittoresques : Le fanfaron est une brillante comédie à l'italienne. Mais pas seulement...

Lire la suite : Le fanfaron / Dino Risi

voleur de bicyclette

Né au sortir de la deuxième guerre mondiale, le néoréalisme italien est l'un des mouvements les plus importants de l'histoire du cinéma.

Lire la suite : Le néoréalisme

shangoul

Atmosphères magiques, animation variée et inventive, poésie, histoires à méditer... un petit tour d'horizon du cinéma jeune public d'Iran.

Lire la suite : Petites perles iraniennes

Mediterranee Pollet1Discret et méconnu du grand public, issu de la Nouvelle vague, Jean-Daniel Pollet était un cinéaste de mots, dont les films sont, aussi, des poèmes.

Lire la suite : Jean-Daniel Pollet

cg12 Médiathèque départementale
Conseil départemental de l'Aveyron
BP724
12007 Rodez Cedex
Tél : 05 65 73 72 50

Contactez-nous