Aucune notice dans le panier
Compte bibliothèque

Coups de coeurBT coup de coeur nouveau

Nous avons lu, vu, écouté, joué. Et nous avons aimé... Vous aimerez peut-être.

Junior a 9 ans, les cheveux frisés et, au grand dam de sa mère, une idée fixe : les avoir bien lisses. Si le film décrit la relation tendue entre un ­enfant qui se cherche et sa mère, angoissée pour son avenir en entretenant savamment les zones d'ombre – où est le père ? pourquoi la mère a-t-elle perdu son emploi ? –, il est aussi une chronique sociale du quotidien difficile dans une banlieue populaire de Caracas, à la fin de l'ère Hugo Chavez.
Les dilemmes amoureux et existentiels d'une délicate citadine venue vivre chez son cousin, dans un Far West balayé par les vents, les troupeaux, les duels et les règlements de compte. Réalisé en 1928, au crépuscule du cinéma muet, Le vent est un film à l'atmosphère particulière, dans lequel les visages prennent une puissance expressive rare. Ce chef d'œuvre est signé Victor Sjöström, immense cinéaste d'origine suédoise, trop oublié hélas, et auquel Ingmar Bergman rendra hommage

Dans ce film romanesque, lyrique, sensuel, inattendu, onirique et un rien gonflé, on prend le large à bord d'un cargo déglingué, traçant sa route sur un océan de passions brûlantes.  L'ombre de Conrad veille sur le personnage principal, et c'est une femme en salopette bleue, en quête d'absolu, magnifiquement interprétée par Ariane Labed. Ou comment un grand film maritime peut aussi être un grand film féministe...

Dans les montagnes de Géorgie, autour du village en ruine de Mutso, dernier poste avant la frontière tchétchène, se dessine un arrière-pays façonné de rêves, de mythes et de mots. Avec un regard d'anthropologue et des images d'une grande beauté, Corinne Sullivan propose un voyage certes géographique (paysages hallucinants garantis !) mais aussi intime, à travers l'imaginaire, l'identité collective et la transmission.
Le parcours initiatique de Many, 17 ans, tombé du Penjab à la banlieue parisienne pour subvenir aux besoins de sa famille, et confronté à mille difficultés pour trouver sa place dans une France métissée et néanmoins peu amène. Avec ce beau portrait d'un adolescent forcé à endosser de multiples rôles pour espérer se réaliser, Cyprien Vial signe un premier film aussi sobre que percutant, sans manichéisme, loin des clichés et des poncifs.

Tout est dit dans le titre et le nom des interprètes : voici un album-concept pour enfants sur la mer et les poissons.

Même si on effleure ici et là les catastrophes écologiques qui dévastent les océans, la tendance générale des chansons reste la bonne humeur. Les parents pourront aussi sourire aux clins d'oeil lancés au répertoire adulte.

Un climat de western anatolien pour ce film allégorique qui met une famille paysanne aux prises avec d'invisibles nomades. Le fantasme et les dérives qu'il engendre sont au centre du propos. La peur de l'autre devient de plus en plus absurde et rocambolesque, une atmosphère de huit-clos se referme sur un paysage grandiose tandis que les ambigüités, frustrations et rancœurs de chacun des personnages se précisent... Un premier film atemporel, atypique et très réussi d'un jeune réalisateur turc.
Une série d'intermèdes tendres et fragiles, un tantinet excentriques et décalés, et un rien acidulés. Les trois personnages PlüQ, Rose et Yoko toucheront les petits par la candeur de leurs drôles d'aventures, et étonneront  les grands par leur poésie désarmante. Les clins d'œil au Japon sont nombreux, notamment de par le graphisme aussi contemporain que raffiné. Tout cela se savoure comme des sushis à la sauce magique.
Lecture coup de cœur, ou plutôt, lecture coup de poing.
Et si... ?
Et si on n'avait rien compris ? Et si on reproduisait sans cesse les mêmes erreurs, mais avec différentes cibles ? Et si L'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale et de toutes les atrocités qui y sont associées ne nous avaient rien appris ?

On retrouve avec plaisir, dans ce recueil de nouvelles, l'humour, les jeux de langage et le cynisme irrésistible auxquels elle nous avait habitué dans ces chansons. Car Agnès Bihl est une artiste complète.

Son dernier projet en date : transposer les 14 morceaux de son dernier album en autant de nouvelles, en adoptant un point de vue complémentaire ou un angle d'attaque inattendu.

cg12 Médiathèque départementale
Conseil départemental de l'Aveyron
BP724
12007 Rodez Cedex
Tél : 05 65 73 72 50

Contactez-nous