Aucune notice dans le panier
Compte bibliothèque

Coups de coeurBT coup de coeur nouveau

Nous avons lu, vu, écouté, joué. Et nous avons aimé... Vous aimerez peut-être.

Liz de Luz fait du travail de fille, pourrait-on dire : la broderie de sa pochette de disque, c'est elle ; les histoires de mecs (à séduire, à garder, à éviter, à éliminer), c'est encore elle.

Avec une bonne dose d'autodérision, elle a concocté des chansons qu'elle accompagne éventuellement d'un piano-jouet. Quand l'amour rime avec humour...

Rosamund vient de mourir. Elle laisse une lettre à sa nièce, Gill, lui demandant de retrouver Imogen, une petite cousine éloignée aveugle, et de lui remettre quatre cassettes audio qu'elle a enregistrées avant de mourir. Mais Imogen est introuvable. Gill écoute donc ces cassettes qui décrivent vingt photos de la famille d'Imogen par ordre chronologique. Autant de chapitres que de photos. Cette construction originale dévoile l'histoire tragique de trois générations de femmes. Des femmes souffrant chacune de l'indifférence et de l'absence d'amour de leur mère... comme si le destin se transmettait, comme si un fil invisible reliait les générations. D'une écriture fine, intime et mélancolique, il nous livre un mélodrame empli de poésie, poignant et tout en délicatesse.

Un rocker déprimé s'en revient vivre chez son fantasque père, à Tonnerre, petite ville de Bourgogne. Et surgit l'amour qu'il n'attendait plus.

L'air de rien, ce « petit » film raconte avec beaucoup de sincérité une relation amoureuse qui tourne mal en parallèle avec une relation père-fils, et réussit à surprendre quelque chose de fragile avec ses personnages fêlés, son ambiance hivernale, son sens du détail.

Les drames d'une famille pauvre et rurale dans le Bengale des années 20, vue à travers le regard d'un enfant de 7 ans.

Simple et émouvant, plein de sensualité, ce film aux images splendides et poignantes, soutenues par la musique de Ravi Shankar, est un classique du cinéma mondial. Tourné avec peu de moyens entre 1952 et 1955, loin de l'univers des grandes productions musicales indiennes, c'est le premier film de la Trilogie d'Apu, et aussi le premier d'un grand réalisateur, Satyajit Ray.

Un très bon film qui réussit à mêler les contraires : romance et violence pulsionnelle, mise en scène plutôt contemplative avec de longs ralentis et scènes de course poursuite d'anthologie, le tout baigné dans une remarquable bande-son électro et servi par un Ryan Gosling dans le rôle d'un chauffeur silencieux.

Avec ce polar urbain à l'ambiance crépusculaire, fait de retenue et d'adrénaline, Nicolas Winding Refn a obtenu le prix de la mise en scène au festival de Cannes en 2011.

Après avoir réalisé plusieurs films ouvertement critiques envers le régime, le cinéaste iranien Jafar Panahi se voit interdire d'exercer son métier. Comment faire un film, reclus dans son appartement téhéranais, sans moyens, sans équipe ?

Pourtant ce film est là, fait de bric et de broc et absolument passionnant, où Jafar Panahi livre à la caméra d'un ami sa rage, et ce faisant la tourne vite en une énergie créatrice débordante.

Didi un petit garçon de 10 ans vient de perdre son père dans un accident de voiture. C'est à l'enterrement de celui-ci qu'il va rencontrer sa mère, Mei. Celle-ci ne s'était pas vraiment occupée de lui, le laissant au soin de son géniteur, elle n'était jusque-là qu'une photo cachée dans une boîte.
Et voilà donc qu'elle réapparaît et prend le garçon pour l'emmener vivre avec elle à Nankin.
Ce roman chinois dépeint avec beaucoup de justesse, de calme et poésie, ce rapprochement improbable entre cette mère et son enfant. L'ensemble se déroule dans un contexte dépaysant pour nous autres européens !

Nouvelle tendance culinaire au rayon des desserts : l'angel cake vous promet une génoise légère, aérienne... comme un nuage. Et j'ai testé pour vous! Effectivement, on mord dans ce gâteau comme dans un chamallow... Et le plus c'est qu'il n'y a pas de matière grasse! Alors pour se remettre de l'après-fêtes, c'est idéal. A emprunter, tester et déguster sans modération!

Dans ce petit livre de témoignages, Philippe Claudel raconte. Pendant 10 ans il a donné des cours de français en maison d'arrêt. Il y donne la parole à ces hommes et femmes emprisonnés mais aussi à leurs gardiens. Par petits paragraphes, il évoque le meilleur comme le pire de ce que l'on peut trouver entre les murs d'une prison.

Cette expérience humaine au milieu de l'inhumanité carcérale se lit rapidement, mais s'imprime durablement dans la mémoire. Une très belle plume tout en pudeur, sans jugement. Excellent !

Attention chef d'œuvre : c'est ici une œuvre magistrale et géniale, qui s'impose selon nous comme la plus grande réussite de la SF du début des années 90.

L'écriture de Dan Simmons est très immersive, pointue, recherchée. Son intrigue est superbement travaillée, tout est cohérent, poussé, creusé, c'est ambitieux, complètement maîtrisé de bout en bout. Un thriller fantastique horrifique. Une histoire qui repose sur une idée très originale : à vous glacer les sangs pour longtemps !!

cg12 Médiathèque départementale
Conseil départemental de l'Aveyron
BP724
12007 Rodez Cedex
Tél : 05 65 73 72 50

Contactez-nous