Dans ce roman sans temps morts, le lecteur passe de l’interrogatoire des protagonistes par les policiers à des flash-backs sur la rencontre entre Martin, Ben, Lucy et Séréna et au journal tenu par Lucy.

Tout y est est finesse, compréhension progressive des affects des personnages et de ce qu'ils en laissent percevoir. On passe habilement d'un point de vue à un autre. Dès le début, on sent que quelque chose s'est brisé dans l’amitié entre Martin et Ben qui a ouvert les yeux sur différentes facettes de son ami. Un portrait au vitriol de la haute société est brossé à travers ce dernier. Mais Martin ne se remet pas non plus en question, contrairement à sa femme dont il ne remarque pas la clairvoyance envers chacun et envers elle-même.

La complexité des relations humaines, de l'amour-haine, de la manipulation et du besoin des autres pour grandir soi-même, le dessous des relations aristocratiques et de la passion, tout cela est abordé dans ce roman qui perce les tréfonds du cœur humain.

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.